vendredi 26 octobre 2012

J'ai appris à écrire.

Il fut un temps où l'on apprenait à écrire en primaire. En Classe Préparatoire même.
C'était difficile et laborieux, et l'apprentissage se poursuivait jusqu'au collège, mais on finissait par être capable d'écrire correctement, chacun à son rythme. Les lectures personnelles aidaient énormément.
On a appris à apprendre, puis appris tout court, pour commencer à apprendre à réfléchir. Ca c'était intéressant.

Aujourd'hui, je suis en licence de biologie. La majorité des élèves sont incapables d'écrire correctement. Les 3/4 des concernés prétextent une dyslexie. C'est une maladie très répandue, on dirait.
On a recommencé à apprendre, on ne réfléchi pas. Une majorité d'étudiants à oublié comment on fait.

Comment on en est arrivés là ?

3 commentaires:

  1. C'est clairement déprimant, effectivement. Néanmoins, il ne faut pas non plus idéaliser le passé, certaines époques où seuls les fils et filles de riches bien éduqués avaient accès aux études, bien moins "démocratisées" qu'aujourd'hui. En gardant cela à l'esprit, je ne suis pas certain que le niveau ait tant baissé que cela.

    RépondreSupprimer
  2. Ouais pis c'est pas pour faire l'anti-grammar-nazi ou quoi mais bon... Tant qu'on se comprends hein ;)
    En plus, aux US, ils sont doucement entrain de substituer l'apprentissage de l'écriture(manuelle) à l'école par un apprentissage logiciel! Progrès ou hérésie? WE'LL SEE!

    RépondreSupprimer
  3. Je parlais de notre pays. Celui dans lequel on a plusieurs heures de cours de français par semaine, du CP jusqu'à la 2°. Ca fait quand même un paquet de temps pour l'apprentissage de la langue. Alors certes, elle est compliquée, tout ça, mais quand même, après tant d'heures passées à s'y exercer, on aurait pu espérer que des élèves de faculté sachent l'écrire correctement. Sinon c'est qu'il y a un problème quelque part, fût-il au niveau du système éducatif, ou de la capacité des élèves à s'intéresser et s'exercer à leurs cours. Tu ne penses pas ?

    RépondreSupprimer

Je suis ouverte aux propositions et critiques, cependant veuillez employer une orthographe lisible ainsi qu'un vocabulaire respectueux.