samedi 15 février 2014

Liberté d'expression : les pays du "droit" ne sont pas de bons exemples

Miaou bonjour.

Aujourd'hui, c'est aux entraves à la liberté d'expression que je vais m'attaquer, m'appuyant du site Reporters sans frontières et leur classement de 180 pays selon la qualité de celle-ci.

Capture d'écran de la carte Reporters sans frontières de 2014
L’édition 2014 du « Classement mondial de la liberté de la presse » révèle l’impact négatif des conflits sur la liberté de l’information et ses acteurs. Le rang d’un certain nombre de pays est également affecté par une interprétation trop large et abusive du concept de la protection de la sécurité nationale, aux dépens du droit d’informer et d’être informé. Cette dernière tendance constitue une menace croissante au niveau global, dangereuse pour la liberté de l’information jusqu’au cœur des « États de droit ». (rsf.org)
En tête, l'habituel trio Finlande, Pays-Bas et Norvège. En France, nous avons perdu une place pour nous retrouver en 39° position. Ce n'est pas très glorieux. Nous sommes même derrière des pays dont j'ignorais jusqu'alors l'existence, tel le Liechtenstein, 6°, pourtant pas très loin de nous. Comme quoi ce ne sont pas ceux qui font le plus parler d'eux qui parlent le mieux. Les Etats-Unis sont 46°, le Japon 59°, et la Russie 148° (youhou !)(sur 180, pour rappel). Par contre, nos ptits Canadiens et Belges que j'adore sont respectivement 18° et 23°, bravo les gars, continuez comme ça ! Dans les derniers, on retrouve sans surprise beaucoup de pays dans la panade ou victimes de fortes répression : Corée du Nord, Syrie, Chine pour ceux dont on entend le plus parler actuellement.

Le constat fait également état d'une dégradation généralisée. Les pays "démocratisés" sont notamment pointés du doigts, sans surprise, pour leur tendance à la surprotection. Avis également partagé par amnesty international  :
Les États ont souvent invoqué, par le passé, les impératifs de la «sécurité nationale» pour justifier une politique visant à faire taire l’opposition politique et, plus généralement, les critiques. Depuis quelques années, la montée des craintes liées au terrorisme et à la sécurité a servi de prétexte à une intensification de la répression contre des individus et des groupes exerçant leur droit à la liberté d’expression. (amnesty.org)

Rappelez-vous, il n'y a pas si longtemps, HADOPI, cette loi française priceless, toujours d'actualité bien que n'ayant parait-il engendré qu'une multitude de mails sans lendemain ainsi qu'une petite quinzaine de condamnations. En 3 ans. Je ne sais pas vous, mais je pense pouvoir affirmer que ce chiffre est dérisoire face à la quantité de téléchargements illégaux effectués sur le territoire. Par contre le budget... Oh, après tout, temps de crise ou pas, une dizaine de millions d'euro par an, c'est pas mort d'homme !
http://www.yorkblog.com/smart/2008/09/12/my-kind-of-sign/


Après avoir parlé d'HADOPI, je me dois de mentionner l'ACTA qui a faillit mettre 39 pays dans le pétrin au profit des gens qui se font des sous sur le dos d'autres gens plus talentueux qu'eux, en permettant la surveillance permanente de nos moindres faits et gestes sur internet. Heureusement, celle-ci n'est pas passée. Je crains cependant que nous ne soyons pas à l'abri de revoir surgir d'autres farces d'aussi mauvais goût.

Tant que j'y suis, remémorons-nous donc certains faits découverts relativement récemment, à propos d'un projet nommé PRISM, impliquant le NSA et la CIA, ainsi que la coopération pleine et entière de certains géants d'internet tels Facebook, Google et Apple pour n'en citer que trois, et dévoilé par un certain Edward Snowden. Le pauvre enchaîne actuellement les exiles dans différents pays pour sa propre sécurité. La chose consistait à espionner très largement tout utilisateur et renseigner les données aux deux organismes gouvernementaux cités précédemment.

Et toujours pour rester dans les souvenirs, je vous rappelle un précédent article, concernant une interdiction de dénoncer la maltraitance animale, encore aux US. (Ah ils font des trucs biens, mais leurs conneries elles sont très bien aussi !) La maltraitance est interdite. Ah, ça vous arrange pas ? Pas grave, on a qu'à interdire aux gens de la découvrir.

Pour finir, passons maintenant à une histoire un peu plus d'actualité : les JO en Russie, pays où l'homosexualité est prohibée. Monsieur Vladimir Putine semble faire des efforts pour donner une bonne image de son pays, mais évidemment, ça en inquiète quand même quelques uns. Et puis bon, si les homosexuels sont tolérés juste le temps des festivités pour ensuite être à nouveau persécutés, voila quoi.


Je conclurai en vous mettant en garde contre la "protection" abusive, qui bien souvent cache d'autres intérêts que les nôtres derrière, tout comme la volonté d'accroître le sentiment d'insécurité... Ca fait un peu Captain Obvious mais je tenais à en parler. Parce que les grands médias manipulent l'information et ça m'énerve.
Voila voila, c'est tout pour aujourd'hui.

Divinement vôtre,
Lysemna

PS : Ceci est un message pas si subliminal à destination, entre autre, de mes parents : 
Par pitié ! Cessez de vous contenter du journal télévisé de TF1 comme seule source d'information !!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Je suis ouverte aux propositions et critiques, cependant veuillez employer une orthographe lisible ainsi qu'un vocabulaire respectueux.