vendredi 30 août 2013

Revoyure

Miaou bonjour les gens !

J'aurais bien aimé vous pondre un article passionnant conclu par un au revoir, mais faute de temps, je me vois forcée de zapper la première partie.

Certains d'entre-vous le savent déjà, j'emménage demain matin à Tours dans le cadre d'une nouvelle année d'études. Aujourd'hui fut une journée riche en remplissage de cartons (oui, je m'y prends un peu au dernier moment), petites courses de dernière minute (oui, je sais), ainsi que quelques trucs jusqu'alors reportés par flemme (je vous proute-euh !).
Hypolite-Raphael
Demain, départ à 6h (du matin, oui oui). Du coup debout à 4h30 pour avoir le temps de préparer Hypolite-Raphael. Vous conviendrez donc que je n'aurais probablement pas été en mesure de vous pondre un quelconque article.


Dans la journée, nous allons enchaîner entre 3 et 4 heures (si tout se passe bien) de route à deux voitures, un état des lieux, un montage de cartons au troisième étage sans ascenseur, une location de camionnette, des courses pour meubler un peu mon futur chez-moi, un montage de meubles jusqu'au troisième étage sans ascenseur, des courses pour subsister dans mon futur chez-moi, un montage de courses sustentatrices jusqu'au troisième étage sans ascenseur, et, si on en a le courage, un petit repérage du quartier. Parce que mine de rien, je ne me suis rendue dans cette ville que deux fois et n'ai pas trop eu/pris le temps de visiter.
Dimanche, repos solitaire, déballage de cartons, et lutte contre l'ennui à coup d'identification de plantes pour mon herbier, avant la rentrée lundi.

J'ai bien évidemment fait une demande auprès d'un opérateur pour avoir internet, mais ma prédécesseure n'ayant apparemment jamais eu ni internet, ni téléphone, (et moi-même m'y étant, encore une fois, prise un peu à la dernière minute) (chut !), il faudra sans doute un peu de temps avant que je ne puisse reprendre contact avec le monde virtuel.


Chaussures fautives
Je compte donc profiter de cette période pour effectuer quelques missions dans la vraie vie ! Au programme : faire ma rentrée et aller en cours (tais-toi ggtk)(et toi aussi ma femme)(et toi aussi Raiko), trouver un médecin pour lire le résultat de mon vaccin lundi soir au plus tard, m'inscrire à un truc de sport pour ne pas avoir pris leur pack sport pour rien, recherche d'un magasin bio pour me procurer mes protéines végétariennes, recherche d'un marché pour me procurer des vitamines et fibres, choper un rendez-vous au service des maladies infectieuse pour un autre vaccin dont j'ignorais jusqu'alors l'existence (j'en ai marre des piqûres), trouver la boutique Lush pour garder le contrôle de ma crinière rebelle, promenades/courses à vélo pour la forme (n'ayant pas la place d'emmener mon elliptique chéri, snif), trouver le point relais dans lequel les chaussures qui m'ont faite craquer atterriront, rattraper une partie de mon retard en visionnage de séries et films, et surtout, tenter d'entrer en contact avec les humanoïdes locaux et peut-être enfin up mon skill vie sociale au lvl 1 ! Tout cela en priant d'être là lorsqu'on me livrera ma box.

Bon, je crois qu'il est temps de vous souhaiter une bonne rentrée/reprise de boulot/de bonnes vacances pour ceux qui y sont encore/seulement, et de vous dire à très bientôt j'espère ! Une pluie de bisous pixels pour vous mes choupinous.

lundi 26 août 2013

Une fleur à la mer

Miaou bonjour.

Constatez que j'ai mis la même
image que partout ailleurs
Aujourd'hui, c'est la deuxième fois que je tombe sur un article présentant les Cigg Seeds : des filtres à cigarettes "biodégradables" pourvus de graines de fleurs des champs, pour mettre un peu de gaieté sur notre bitume. Les articles vantant ses mérites fleurissent. Cependant, très peu citent leurs sources, et surtout, je n'ai trouvé qu'un seul article semblant se poser de réelles questions sur le sujet.

Tout d'abord, discutons donc de cette "biodégradabilité". A aucun endroit je n'ai trouvé le temps de dégradation estimé. Donc c'est bien joli d'enfermer des graines dans des filtres, mais s'ils mettent quand même 2 ans à se dégrader, il n'est pas certain que la petite subsiste jusque là.

Dans un second temps, puisque aucun test n'est mentionné nulle part, je pense être en droit de me demander si la graine survivra à la fumette. Parce que bon, une graine, ça reste un petit machin sensible à la chaleur, l'humidité et la composition de l'air. Donc la soumettre à une violente variation de ces paramètres, même temporaire, risque de compromettre son intégrité, non ?

Ensuite, la probabilité pour que le mégot soit jeté dans un environnement viable au développement de cette petite chose me paraît plutôt faible. La majorité des populations humaines vit en ville, et les fumeurs jettent leurs mégots sur le bitume. Imaginez donc une pauvre petite graine de fleur des champs, faite pour se développer dans de grands espaces verts peu pollués, qui se retrouve sur du béton, affaiblie par un flux d'air chaud et toxique de plusieurs minutes. Je doute qu'elle ait de grandes chances de germer, et encore plus de donner une plante adulte sans terre à disposition !
Concernant les fumeurs campagnard, eh bien les fleurs des champs sont capables de s'y développer toutes seules et bien mieux sans l'intervention divine d'un mégot.

Autre chose encore, supposons que quelques mégots dont les graines n'ont pas été trop altérées atterrissent miraculeusement dans un grand espace vert assez peu pollué. Citez-moi des exemples de grands espaces verts relativement peu pollués en ville ? Les parcs, mouais, autre chose ? Non ?
Ah ben oui, c'est bien dommage, mais les seuls lieux propices au développement de ces graines en ville, ce sont les parcs (ou éventuellement des rond-points fleuris). C'est bien joli, mais je doute que les communes et leurs agents d'entretient soient particulièrement ravis de voir fleurir des plantes non prévues dans leurs belles pelouses.

Enfin, il est omis absolument partout qu'une graine ne peut germer tout le temps. Car non, une graine, ça ne germe pas en toute saison ! Dommaaaage ! Ça réduit encore de trois quarts les probabilités déjà très faibles qu'une fleur montre le bout de son pistil dans un lieu où elle serait probablement indésirable.

En conclusion, à mes yeux il s'agit juste une pseudo-excuse à la con pour ne pas sensibiliser les fumeurs aux questions environnementales, et pire que ça, leur donner bonne conscience sur de faux prétextes. Merci Ben Forman de nous prouver encore une fois que les industriels n'ont aucune réelle notion d'environnement. L'intention était sympa sinon, mais la prochaine fois, il serait peut-être sage d'en parler avec de vrais professionnels environnementaux avant d'exciter tous nos médias.

samedi 24 août 2013

Vous prendrez bien une coupe ?

Miaou bonjour.

Tout d'abord, je préfère prévenir mon lectorat masculin que cet article parle de choses de la vie dont il ne se sentira pas forcément concerné. Aussi je ne lui en tiendrai pas rigueur s'il ne s'y intéresse pas outre mesure.
Car aujourd'hui, je vais vous parler des Coupe Menstruelles (Remballez vos "beurk", bande de sagouins !), et plus précisément de ma toute première expérience avec ce dispositif.

Etant relativement sensible aux questions environnementales, il était naturel que je m'y intéresse. Est-il utile de rappeler la quantité astronomique de déchets générés par l'industrie de l'hygiène féminine ?
Si au départ, l'idée de tenir une petite coupe remplie du sang plus ou moins fluide sortant de mon vagin m'était peu ragoutante, j'ai quand même pris le temps de me renseigner. Le côté insertion n'était pas non plus pour m'encourager, étant plutôt mal à l'aise avec ce genre de manipulation et ignorante de mon anatomie interne. (Oui, j'ai suivit les cours d'anatomie génitale, sans doute plus en détail qu'une majorité d'entre vous, cependant ça reste terriblement théorique, "normalisé" et imprécis.)  

Et puis j'ai rapidement découvert le site EasyCup, tenu par une communauté francophone d'utilisatrices de coupes menstruelles. Une véritable mine d'informations, importantes comme anodines, que je conseille à toute personne un tant soit peu intéressée par le sujet. Si vous voulez mon avis, il n'est même pas indispensable de chercher d'autres sources d'informations, ce qui est rare. (Excepté pour la question "Pourquoi devoir vider la coupe au minimum toutes les 12h ?" à laquelle personne ne semble savoir répondre...)

L'un des premiers problèmes rencontrés lors de l'acquisition d'une coupe menstruelle, c'est le choix. Il en existe une multitude de marques, avec des rigidités, formes et tailles différentes. Si vous allez sur les sites officiels, tous vous vanteront les louanges de la coupe menstruelle, et la leur en particulier, sans forcément parler de ce qui la différencie des autres. C'est là que le petit quiz EasyCup vous sauvera la vie/vous fera gagner un temps fou en vous orientant vers les modèles susceptibles de vous convenir le mieux en moins de 5 minutes.

Avec votre toute nouvelle coupe, vous aurez un petit guide d'utilisation traitant notamment l'insertion et l'entretient. J'ai trouvé le mien très incomplet. Donc encore une fois, je vous recommande d'avoir recours à EasyCup.

Pliage C-fold
Concernant l'entretient, mon guide me conseillait de la rincer avec un savon doux/des lingettes de la marque de ma coupe (tant qu'à faire). L'eau du robinet suffit, à condition de bien vous lavez les mains avant la manipulation. Il vaut mieux également la faire bouillir entre deux cycles pour bien la désinfecter.

Pliage Punch-Down
Pour ce qui est de l'insertion, il va vous falloir tester. Le seul modèle de pliage que j'ai trouvé sur les modes d'emplois lus, c'est le C-fold. S'il vous convient, c'est très bien, mais si comme moi vous n'êtes pas habituée aux manipulations vaginales, vous risquez d'en chier un peu... Mais ne vous découragez pas ! Il existe plusieurs autres méthodes, dont le Punch-Down qui réduit considérablement le diamètre de la coupe.
Dans tous les cas, le seul vrai secret, c'est de prendre son temps et se détendre. Et accessoirement de faire vos premiers essais accroupie dans une douche/baignoire pour raccourcir votre vagin et éviter d'en mettre partout.
Autre chose : ne lâchez pas le pliage de votre coupe avant qu'elle ne soit positionnée, sous peine de subir un déploiement quelque peu douloureux. (Rien de traumatisant)

En ce qui concerne la profondeur, si vous connaissez l'emplacement de votre col de l'utérus, il suffit de la mettre en dessous. Si ce n'est pas votre cas (comme moi), n'ayez pas peur de la mettre un peu loin. La tige ne doit pas dépasser du vagin, cependant, il arrive qu'elle soit un peu trop longue pour le votre et qu'il faille la couper un peu.
Pour "enfoncer" la coupe, il est utile de savoir se servir des muscles de son vagin. Une légère "poussée" aide beaucoup lors de l'ascension. 
Une fois la coupe à peu près positionnée, vous pouvez la lâcher sans risque. Suivant sa rigidité elle se déploiera toute seule. Vous pouvez vérifier qu'elle n'est plus pliée en faisant le tour du fond avec un doigt.
Si vous avez des questions plus précises, vous pouvez prendre contact avec les membres du forum EasyCup. Lors de mon premier essai, j'avais constamment envie d'uriner. Grâce à elles, j'ai compris que ma coupe était placée trop bas et appuyait sur ma vessie.

En théorie, si la coupe est bien placée, vous ne devriez presque pas la sentir, voire pas du tout, quelque soient vos activités. Certaines utilisatrices ont même des rapports sexuels avec leur coupe en place, sans problème aucun. (Cependant je ne le recommande pas, ou avec grande prudence)
Si vous avez des fuites, il se peut que votre coupe soit placée trop haut, ou qu'elle ne se soit pas correctement déployée. Une très légère trace n'est pas une fuite mais un reste de sang déjà présent sur les parois du vagin lors de la mise en place de la coupe.

L'heure du retrait venue, je vous conseille encore de l'effectuer accroupie dans une douche ou baignoire, d'autant plus que cette fois vous avez un risque de renverser la coupe.
La tige vous aidera à la retrouver. Avant de la faire descendre, il faut impérativement supprimer l'effet "ventouse" ! Pour ce faire, pincez le fond de la coupe, vous devriez entendre un bruit de succion. Plus elle est pleine, et plus il sera facile de la retirer, donc si jamais vous n'y parvenez vraiment pas, retentez votre chance plus tard, vous ne risquez rien. Dans tous les cas, prenez votre temps et détendez-vous.
Pour aider la descente, ne tirez pas tout droit, mais d'un côté, puis de l'autre, et aidez-vous à nouveau des muscles vaginaux.
La sortie du vagin peut se révéler quelque peu douloureuse à cause du bourrelet au sommet de la coupe. Pour éviter ce soucis, vous pouvez la pencher ou la replier.

Vous voici maintenant avec une coupe pleine de sang ! Je m'attendais à être dégoûtée, mais en réalité j'étais tellement contente d'y être arrivée que j'ai trouvé ça amusant et gratifiant ! La sensation de liberté est impressionnante, j'ai complètement changé de regard sur mes règles.


Vous n'avez plus qu'à la rincer et la remettre en place. Veillez cependant à mesurer votre entrain, il faut prendre son temps, rappelez-vous :).
Il est possible qu'il vous faille plusieurs cycles pour bien maîtriser l'utilisation de la coupe menstruelle, mais je pense que ça en vaut la peine.


Et voila comment j'ai investi 30€ pour 10 ans de confort.

mardi 20 août 2013

Remboursé !

Miaou bonjour.

Je suis tombée ce matin sur cet article du Monde, traitant de la dette écologique de l'humanité envers la planète. (En voici un autre plus bref de WWF)
Chaque année, un calcul est fait estimant la date à laquelle nous aurons épuisé les ressources annuelles théorique de la planète. Il s'agit d'un seuil au-delà duquel nous "empruntons" sur les années suivantes. Vous vous imaginez bien qu'à la longue, on a pris quelques années d'avance...
Cette année, c'est aujourd'hui, mardi 20 août, que nous atteignons le seuil de dépassement de la biocapacité. Ça représente pas mal de mois d'emprunt.

Consommation par pays par rapport à leur territoire
Les calculs par pays sont surprenant. On pourrait penser, par exemple, que la Chine et les Etats-Unis seraient en tête du classement des surconsommateurs. Eh bien que nenni ! Bien qu'ils ne soient pas innocents, les plus mauvais exemples sont le Japon et le Qatar, qui utilisent respectivement 7.1 et 5.7 fois plus que les ressources de leurs terres. La France n'est pas exemplaire non plus.


Cet article explique bien l'intérêt de cette date, mais il reste incomplet. On est en droit de se demander, par exemple, si le surplus prélevé diminuera la capacité de régénération de la planète. Je m'explique ; ce calcul est très global, mais lorsque l'on s'intéresse à des sujets plus précis, par exemple la déforestation ou la surpêche, on constate vite qu'une pression trop importante sur les populations d'espèces considérées restreint d'autant plus leur capacité à renouveler le stock d'individu. Le calcul de cette date étant basé, entre autre, sur les émissions de CO2, cela ne me surprendrait pas que la déforestation justement, réduise à petit feu la capacité de la planète à réabsorber et stocker ce gaz à effet de serre. On pourrait assimiler ça à un système d'intérêts sur la dette. Sauf que contrairement à notre système monétaire, nous ne sommes pas capables de créer de la matière théorique.
On peut dors et déjà craindre l'heure du remboursement.


Voici donc une autre raison pour justifier mon végétarisme (en plus de la santé, la lutte contre le gaspillage et contre la souffrance animale), car l'élevage intensif contribue grandement à cette dette ! (Un article en anglais ici.) Il impacte sur la déforestation par son besoin d'espace, sur la production de gaz à effet de serre, sur la consommation d'eau, non seulement pour abreuver les bêtes mais également pour la production des tonnes d'aliments nécessaires à leur croissance, sur la pollution de l'eau par la concentration trop importante d'excréments sur une surface limitée, et même sur la santé humaine, notamment par son faible brassage génétique favorisant le développement de pathogènes.

Bien évidemment, il y a tout un tas d'autres points sur lesquels une petite personne peut agir tous les jours pour limiter son impact écologique. (Je peux notamment vous renvoyer vers l'article sur des dispositifs simples et abordables pour économiser de l'eau.) Cependant, comme d'habitude j'ai envie de dire, nous sommes très mal informés.
Je ne peux que vous conseiller de vous renseigner, et par exemple visiter régulièrement le site ekolo[geek] que je trouve très ergonomique, présentant fréquemment de nouveaux petits gestes ou astuces illustrés.

samedi 17 août 2013

Raconte-moi une histoire, 2

Miaou bonjour.

Aujourd'hui, une petite histoire inachevée, inspirée lors de notre trajet pour aller en vacances. Je la poursuivrai peut-être.


Lui, c'est Maldrek. Du haut de ses vingt-sept ans, il est très petit et un peu costaud. Un "bon-vivant", comme on dit par chez lui. Maldrek vit dans un monde qui aurait tout à fait pu évoluer comme le nôtre. La seule différence à l'origine des autres, ce sont les dieux.
Ils sont plusieurs, mais aucun n'est ni bon ni mauvais. En fait, le problème avec eux, c'est justement qu'ils se fichent pas mal de la vie sur Ler. On ne sait d'où ils viennent. La seule chose dont on est certain, c'est qu'on n'aime vraiment pas les voir. 
Ils viennent toujours en groupe, parfois à quatre ou cinq individus, d'autres fois plus de cent. Ces géants de 50 à 80 mètres de haut viennent sur Ler pour s'amuser. Ils ne se préoccupent absolument pas des diverses formes de vie qui les entourent, ni même de l'intégrité de la planète elle-même. Généralement, chacune de leur venue est un véritable scénario catastrophe. Toute région visitée se voit déclarer sinistrée pendant plusieurs mois, voire années. On ne cherche même plus à compter le nombre de vies décimées, les pertes sont estimées en hectares invivables. Il faut aller jusqu'à réactualiser les cartes géographiques et topologiques après chacun de leurs passages, car certaines de leurs distractions favorites consistent à se jeter des morceaux de montagne, ou creuser des trous un peu partout.
Ainsi que Maldrek et chaque humain l'apprend très tôt, la plus grosse catastrophe connue fut datée en l'an 727. Bien que l'an 752 approche, certaines régions sont toujours inhabitables. C'est le cas par exemple de Marlite, un demi continent sur lequel les dieux déversèrent un liquide inconnu, toxique pour la majorité des formes de vie Lerennes. Heureusement, la planète dispose de quelques bactéries et champignons capables de le dégrader, mais cela leur prend un temps considérable.

Les populations humaines, en tant qu'espèce la plus évoluée, ont vite compris qu'il leur était indispensable d'organiser l'assainissement, la reconstruction et la réhabilitation des zones sinistrées. Pour ce faire, elles ont dû étudier avec précision les particularités de chaque espèce, et développer des formes de communication compréhensibles par les plus développées d'entre elles afin de pouvoir les guider. Ils savent l'importance de la diversité du vivant, la toute première catastrophe divine, qui a donné son origine au calendrier lerein, le leur a bien appris. C'est pourquoi leurs relations avec la faune et la flore sont très respectueuse.


Voili voilou, c'est tout pour aujourd'hui ! A bientôt mes choupinous !

dimanche 11 août 2013

Cosplay 2013 : Making Of n°3

Miaou bonjour !

A peine de retour de vacances, je vous prépare déjà ce tant attendu (ou pas) dernier Making Of de mon cosplay 2013 ! Donc comme prévu, et de toute façon il ne me reste plus que cette partie, je vais vous commenter la réalisation de l'épée nommée Save the Queen.


Je n'avais aucune idée de comment m'y prendre ! Tout ce dont j'étais sûre, c'était de mon incapacité à la réaliser en bois. Mon père m'a donné l'idée de faire une base en contre-plaqué, puis de donner du volume par la suite. On a donc taillé la forme de l'épée dans une planche de contre-plaqué, en respectant les proportions.
Pour donner du volume au manche et à la lame, j'ai collé des barrettes de coin de mur (le nom réel de ce truc m'échappe) de chaque côté. Et concernant le relief de la garde, j'ai utilisé du polystyrène compact.



Si vous l'ignoriez, sachez que le polystyrène est une vraie galère à tailler au cutter. On obtient une forme très grossière avec des trous un peu partout (ainsi qu'une collection d'ampoules, accessoirement). Si vous voulez quelque chose d'un peu plus net, vous pouvez toujours tenter de le poncer... A vos risques et périls ! Car en plus d'être une calamité à tailler, cette matière réagit tout aussi mal au papier à poncer. Cette étape permet néanmoins d'obtenir une surface un peu plus nette.



J'ai ensuite réalisé la forme de la lame et de la garde en les enroulant de scotch. J'en ai choisi un plutôt solide pour qu'il ne s'écrase pas, mais qui me permettait ensuite d'éventuellement coller autre chose dessus, ou de le peindre. Mon choix s'est porté sur un double face assez rigide.
Pour solidifier le tout et camoufler les marques des bandes de scotch et les trous dans le polystyrène, j'ai recouvert toute l'épée de bandes de plâtre. Il m'en aura fallut une grosse vingtaine, coupées en petites bandelettes.
Le plâtre, c'est magique ! C'est amusant et doux à poser, par contre c'est aussi très salissant. (Désolée pour le blanchiment de ton établi, papa.) Si vous en utilisez, ne négligez pas la puissance de la gravité, sans quoi vous vous retrouverez avec des "gouttes" ou des coins de bandes qui se décollent.


Pour terminer, il ne me restait plus qu'à tout peindre, et coller du scotch sur le manche pour simuler le matériau non identifié. J'étais un peu déçue de la couleur du gris, pas assez métallisé à mon goût, mais en tant que cosplayeuse des plus organisées, je ne disposais plus d'assez de temps pour retourner acheter une autre peinture et faire sécher les différentes couches. La prochaine fois, je préférerai une peinture en bombe métallisée plutôt qu'une de revêtement extérieur au pinceau.
Je vous conseille tout de même de passer deux couches, et éventuellement une de vernis. A Japan Expo, ou toute autre convention, la sueur des mains, les chocs, les chutes ont vite fait d'écailler la peinture de votre toute belle arme.


Et voila ! Mon cosplay maintenant terminé ! J'espère que ces petits Making Of vous auront plu, et à bientôt pour de nouvelles aventures !
(Vous avez vu, cette fois j'ai changé de photo !)