vendredi 15 août 2014

Un tout pitit pitit effort !

Miaou bonjour.

Aujourd'hui, je désespère du je m'en foutisme des gens, et même de mes plus proches proches, face aux questions environnementales qui me tiennent pourtant tellement à cœur. Puisque mes tentatives de sensibilisation ne rencontrent que désintéressement et surdité,  puisque mes choix de vie se confrontent perpétuellement à un amer humour plein de critiques, je vais tenter une autre méthode.

Voici une liste de petites choses, pas très difficiles, ni trop chères. De petites choses, qui ne vous coûteront presque rien, voire vous permettront de faire des économies. Aussi, même si vous vous dites que ce n'est pas vos petites mains qui vont faire la différence, même si votre conscience écologique est bâillonnée quelque part au fond de vous, ou tout simplement trop fluette pour avoir du poids, même si vous trouvez tous ces baratins autour de la fin de la nature absurdes et exagérés, même si vous êtes anti-écolos, eh bien, ces toutes petites choses, elles ne vous feront aucun mal. Alors, je me dis qu'avec un peu de chance, peut-être accepterez-vous d'en faire une, ou deux, ou plusieurs !
S'il vous plaiiiit !

Que vous soyez fainéants, fauchés, pressé, j'ai tenté de penser à tout le monde ! Pick one. Just one.



Pour les partisans du moindre effort sans le sous.

Côté eau
- Couper l'eau du robinet quand on se lave les dents ou les mains. 
Un robinet ouvert déverse plus de 12L/minute. Donc, même 10 secondes, c'est déjà une bouteille de 2L de gaspillée ! L'eau potable, on en a certes à foison, mais il ne faut pas oublier que pour la potabiliser, il faut de l'énergie et parfois employer des produits chimiques.
- Vider son verre sur une plante plutôt qu'à l'évier.
Une accumulation de tout petits rien peut faire beaucoup sur le long terme. Et ça vous évitera d'oublier de l'arroser.
- Uriner sous la douche, avant de se laver.
Une chasse d'eau d'économisée, c'est 9L !
- Attendre que le lave-vaisselle/lave-linge soit plein.
Le lancer alors qu'il n'est pas plein rend les lavages plus fréquents. S'ils sont plus fréquents, vous utilisez davantage d'eau et de produit nettoyant, en plus de réduire la durée de vie de votre appareil avec une usure plus rapide.
- Limiter les bains.

Côté électricité
- Éteindre les lumières en sortant d'une pièce.
Les interrupteurs sont généralement juste à côté de la porte, vous n'avez aucune excuse. De plus, à long terme ça allège un peu la facture.
- Éteindre les appareils électriques non utilisés.
Non seulement ça économise de l'électricité, mais bien souvent rallonge aussi la durée de vie de vos appareils !

Côté déchets
- Utiliser un peu moins de dentifrice.
Une accumulation de tout petits rien peut faire beaucoup sur le long terme.
- Éviter d'acheter des emballages individuels.
Ça fait des déchets supplémentaires, et bien souvent, on en a même pas l'utilité.
- Ne pas jeter un appareil électronique encore en état de fonctionner.
Adepte de technologie dernier cri ? Pourquoi ne pas donner (ou revendre) votre ancien téléphone/tablette/nervermind encore en état de fonctionner, plutôt que de le jeter ? Un appareil électronique, c'est un déchet parfois compliqué à traiter.

Côté consommation
- Réfléchir avant d'acheter.
Avez-vous vraiment besoin ou envie de ça ?
- Faire ses courses le ventre plein.
Votre porte-monnaie et votre santé vous en seront reconnaissants. Faire ses courses en ayant faim encourage les achats compulsifs, notamment de gourmandises sucrées ou salées (et généralement produites par des firmes mal réputées quand on parle d'environnement !)
- Préférer les produits dont le code barre commence par un 3.
Cela signifie qu'ils ont probablement été produits (tout du moins le produit fini) en France.
- Éviter l'huile de palme, et la mention "Huile ou graisse végétale".
Cette cochonnerie est à elle seule en grande partie responsable de la déforestation de la dernière forêt primaire de notre planète. (Sans parler des autre dégâts qu'elle cause là-bas.) De plus, elle n'est pas réputée très bonne pour la santé.
N'étant pas obligatoire de mentionner la nature exacte de l'huile utilisée, il est fréquent de rencontrer les termes huile ou graisse "végétale". Sachez qu'il s'agit à 99% de chances d'huile de palme, mais les fabricants ne souhaitent pas l'afficher.
- Choisir des oeufs de catégorie 0 ou 1.
Ne vous fiez pas aux mentions sur les emballages, seuls les codes sur les œufs se doivent d'être clairement véridiques.
- Ne pas toujours se fier aux grandes marques.
Elles sont très loin d'être fiables. Malgré leurs prix souvent onéreux.
- Ne pas se fier aux jolis emballages.
Les plus attrayants sont souvent les plus manipulateurs.


Un petit investissement pour des économies à long terme, et presque sans bouger le petit doigt.

Côté eau
- Des embouts de robinet pour réduire la consommation en eau.
Autour d'1€50 l'unité pour passer de 12L/minute à 5 ! La sensation reste similaire. (J'en témoigne.)
- Des douchette à économie d'eau.
20€ pour passer de minimum 15L/minute à 7. Le tout avec une pression de 3 bars, tout à fait correcte. (J'en témoigne.)
- Récupérer l'eau de pluie.
Vous avez un toit ? Des gouttières ? Hop, un récupérateur (à partir de 30€), ou même un simple bidon en-dessous et le tour est joué.
Vous pouvez utiliser l'eau ainsi récupérée pour arroser le jardin, l'utiliser comme chasse dans les toilettes, laver la voiture, passer la serpillère, alimenter un aquarium,...

Côté électricité
- Des multiprises à interrupteur.
Pour un investissement à partir de 6€, vous serez en mesure d'éteindre plusieurs appareils en un coup d'orteil. De quoi vous sentir tout puissant Muahaha !
- Des ampoules à économie d'énergie.
A partir d'1€. Malgré ce qu'en disent certains sceptiques, les économies d'énergie à l'utilisation compensent la potentielle difficulté de fabrication et de traitement.
- Une éolienne pour particulier (malheureusement réservée aux riches).
Avec un prix de 7.500€ minimum, vous pourrez vous payer le luxe de gagner de l'argent en revendant l'énergie du vent. Il existe toutefois des aides, tels un prêt à 0%, une réduction de la TVA et plusieurs subventions.
Je tenais à en parler car ces dispositifs sont très très peu publicités malgré leur potentiel ! (Quelques informations par ici.)

Côté déchets
- Un composteur.
Pour un investissement à partir de 30€, restes de repas, épluchures, coquilles d’œufs, herbes de tonte et autres déchets dits "verts" se changeront en engrais gratis ! Moyennant plusieurs mois à quelques années suivant l'entretien que vous lui accorderez. (Toutes les informations utiles par ici.)
(Je témoigne que mes parents, n'ayant absolument rien fait pour l'entretien de leur compost, se retrouvent quand même avec un terreau magnifique après environ 3 ans de fermentation.)
- La coupe menstruelle.
Pour les demoiselles, avec un investissement à partir de 10€ pour plus de 10 ans : 0 fuite, 6 à 24h d'autonomie, aucune gêne, 0 produit chimique, 0 risque, facile d'emploi. Fini le budget spécial protections jetables !
- Les serviettes lavables.
Si vraiment l'idée de la coupe vous répugne, les serviettes lavables constituent un bon intermédiaire à partir de 4€.

Côté consommation
- De manière générale, préférer la qualité.
Un produit moins cher durera moins longtemps, et à long terme cette pratique se révèle presque toujours plus onéreuse.


Vous vous sentez un peu plus concernés et souhaitez faire un petit effort ?

Côté eau.
- Utiliser l'eau de cuisson pour désherber.
L'eau bouillante est très efficace pour tuer les mauvaises herbes. En plus ça coûte pas un rond.
- Utiliser l'eau de cuisson (refroidie) pour arroser.
Quelques litres par ci, quelques litres par là, ça cumule vite.
- Remplir le fond d'évier d'eau pour faire sa toilette/se raser.
Inutile de la laisser couler.
- Faire sa vaisselle dans une cuvette remplie d'eau.
Elle sera propre tout pareil, pour beaucoup moins d'eau consommée.
- Se laver au gant de toilette.
Si vous ne faites pas de sport et ne vous salissez pas outre mesure, inutile de prendre une douche tous les jours, de plus ça abîme la peau. (Demandez donc aux personnes âgées.) Une toilette quotidienne des aisselles et de l'entre-jambe au gant suffit amplement.
- Propriétaire d'un jardin, récupérer l'eau de pluie.
Vous avez un toit et des gouttières ? Pourquoi ne pas récupérer l'eau qui s'en écoule ? La surface de captation est bien plus importante qu'en disposant d'un simple bidon dans un coin du jardin.
Vous pouvez utiliser l'eau ainsi récupérée pour arroser le jardin, l'utiliser comme chasse dans les toilettes, laver la voiture, passer la serpillère, alimenter un aquarium,...

Côté électricité.
- D'une manière générale, éteindre tout appareil électrique non utilisé.
Les fils consommant aussi une très légère quantité d'énergie, vous pouvez même les débrancher pour pousser le vice.

Côté déchets.
- Pratiquer le recyclage.
- Fuir le suremballage.
Et c'est pas évident. Un professeur de traitement des déchets nous a dit un jour qu'on était en droit de laisser l'emballage au supermarché. Il l'avait déjà fait, citant la loi concernée et ça avait bien embêté le personnel du magasin. Je n'ai jamais pris la peine de chercher la fameuse loi, mais libre à vous d'essayer.
- Pratiquer le compostage.
Restes de repas, épluchures, coquilles d’œufs, herbes de tonte et autres déchets dits "verts" se changeront en engrais gratis ! Moyennant plusieurs mois à quelques années suivant l'entretien que vous lui accorderez. (Toutes les informations utiles par ici.)
- Donner (ou éventuellement revendre) les objets encore en état de fonctionner.
Vous ferez peut-être le bonheur de quelqu'un. Pensez aux associations.

Côté consommation
- Privilégiez l'alimentation de saison et locale.
Je ne peux que vous recommander de vous fournir sur les marchés, et de préférer les producteurs locaux, voire biologiques. Les vendeurs essayant généralement d'écouler un maximum leurs stocks avant la fin, je vous recommande de vous y rendre après 11h30 pour profiter de promotions.
- Préférer les ventes "en gros".
Le prix au kg est généralement plus abordable, et la quantité d'emballage réduite. Si vous en avez trop, plutôt que de jeter, pensez à distribuer le surplus à des associations par exemple.
- Acheter moins mais plus souvent.
Cette pratique permet d'éviter le gaspillage de nourriture, en achetant seulement ce dont on a besoin.
- Stop à la consommation excessive.
Utilisez vos objets électroniques jusqu'à leur mort. Il n'est vraiment pas nécessaire de disposer du modèle dernier cri quand il rempli précisément les mêmes fonctions que celui dont vous disposez déjà.
- Réparer plutôt que racheter.
Dans la mesure du possible.
- Réduire sa consommation de viande.
Pour produire 1kg de boeuf, sont consommés 15.000L d'eau, 36kg de fourrage, 6.5kg de graines, et produits 27kg de CO2. Je vous renvoie à mon article sur l'impact environnemental de l'élevage intensif, principale motivation de mon végétarisme.


Pour les bricoleurs du dimanche.

Côté eau
- Fabriquer votre récupérateur d'eau de pluie.
Vous avez un toit et des gouttières ? Pourquoi ne pas récupérer l'eau qui s'en écoule ? La surface de captation est bien plus importante qu'en disposant d'un simple bidon dans un coin du jardin.
Vous pouvez utiliser l'eau ainsi récupérée pour arroser le jardin, l'utiliser comme chasse dans les toilettes, laver la voiture, passer la serpillère, alimenter un aquarium,...

Côté  électricité
- Un chauffage à énergie solaire à partir de matériel de récupération.
Ne jetez pas vos cannettes en aluminium ! Toutes les informations ici.

Côté déchets
- Fabriquer son composteur.
Rien de bien compliqué. Il s'agit de faire un "parc" carré avec un couvercle. Je vous conseille de le faire avec des palettes récupérées. Des tutoriels exemples par ici.
- Essayer de trouver une autre utilité aux déchets.
Ce n'est pas parce qu'un objet ne fonctionne plus qu'on ne peut plus s'en servir.

Côté consommation
- Réparer plutôt que racheter.
Si vous en avez les capacités. Sinon, vous pouvez peut-être vous renseigner auprès de votre entourage.
- Fabriquer des meubles.
Les fournitures Ikéa ne seront pas forcément plus solides que vos réalisations, et potentiellement bien moins originales.
- Faire votre propre déco.
Mère nature et les matériaux de récupération offrent d'infinies possibilités. Quelques recherches sur internet vous donneront des idées.



Voila voila, j'ai passé 4h sur cet article, donc je vous réserverai d'autres petites astuces diverses et variées pour plus tard, si j'en ai le courage.
Merci d'avance à toutes les personnes qui prendront la peine de penser à au moins l'une de ces petites choses inoffensives qui ne peuvent que faire du bien !

A bientôt mes choupinous !
Votre vénérable Déesse.

jeudi 29 mai 2014

Urgence

Miaou bonjour.

Un poème. Je n'aime pas trop ce style d'écriture alors ne soyez pas étonnés s'il est un peu pourri.


Si une voix t'était donnée, qu'en ferais-tu ?
Si rire tu pouvais, de qui te moquerais-tu ?
Si l'émotion tu connaissais, que ressentirais-tu ?

D'excellentes capacités tu disposes, insuffisantes elles sont.
Reptation, respiration, pour toi le surprenant poisson.
Le Gulf Stream t'a dirigée, ne compte pas sur moi pour t'aider.
L'ascension n'est pas aisée, nos barrages peuvent témoigner.

Anguilla anguilla
Si une voix t'était donnée, à l'injustice tu hurlerais.

Si rire tu pouvais, jaune tu rirais.
Si l'émotion tu connaissais, de rage tu pleurerais.

Si les obstacles, pour t'arrêter insuffisants sont,
Bien d'autres embûches pour toi nous avons.
Tapons directement dans la population,
De succulentes recettes, nous ne manquons.

Anguilla anguilla
Si une voix t'était donnée, à l'injustice tu hurlerais.
Si rire tu pouvais, jaune tu rirais.
Si l'émotion tu connaissais, dans la peur tu vivrais.

T'observer j'ai eu l'occasion, surprenant poisson.
Te comprendre ne puis-je, en toute raison.
Un jour peut-être, il ne sera plus question
De toi que dans les encyclopédies, passons.

Anguilla anguilla
Si une voix t'était donnée, à l'injustice tu hurlerais.

Si rire tu pouvais, jaune tu rirais.
Si l'émotion tu connaissais, l'incompréhension te perdrais.

Désormais, une attention certains avons.
Des études sont menées pour faciliter ton ascension.
Mais peu sont enclins à compassion,
Car seul le profit nous recherchons.

Anguilla anguilla
De voix, je dispose
De rire je n'ai envie
L'émotion m'envahit.
Inutile prose


Je sais, une absence aussi longue aurait mérité un article du tonnerre ! Mais actuellement je suis pas mal occupée et n'ai pas particulièrement d'inspiration pour tenir ce blog plus à jour.

A bientôt tout de même !

Votre vénérée Déesse pas poète pour deux sous ~

mercredi 9 avril 2014

Mon subconscient s'exprime. 5

Miaou bonjour les gens !

Ça fait longtemps encore une fois ! Mais bon, la fin d'année, les exams, les projets, les recherches de stage, la fabrication de cosplay, la flemme,... Toussa toussa. Au menu aujourd'hui, encore un rêve totalement What The Fuck.

Nous étions à l'IUT, dans la salle informatique au rez-de-chaussée, Fanny et moi, en plein travail sur un projet quelconque, lorsqu'un bruit au dehors nous interpela. Je regardai en direction de la fenêtre tandis que Fanny s'y précipitait. Je compris vite la source de son agitation : un lion se promenait dans notre champ de vision, dans une immense cage à même le sol, collée au bâtiment. Surprise, je m'approchai de la fenêtre pour faire un état des lieux de l'extérieur. Mon amie ne prit pas ce temps et sortit de la salle en trombe pour aller voir ça de plus près. La cage n'était finalement pas si grande que ça. Elle faisait une dizaine de mètres de largeur, pour à peu près la longueur du bâtiment, pour autant que je pu en juger depuis la fenêtre. Elle renfermait non pas un mais deux lions, et j'observai également la présence d'un tigre à côté d'un homme, apparemment en liberté, ainsi qu'une multitude de visages plus ou moins impressionnés collés aux vitres des bâtiments opposés. J'eus un instant de panique en pensant à Fanny se précipitant dehors devant un tigre libre de lui sauter dessus, et courus donc à l'extérieur pour la rattraper.
Je la trouvai effectivement auprès du tigre, en réalité en laisse, tenue par l'homme que j'avais vu précédemment à ses côtés. La taille de l'homme par rapport à son animal de compagnie ne me rassurait guère, mais j'approchais tout de même, curieuse, pour prendre part à leur conversation.
"- Bonjour, m'adressa l'homme avec un sourire.
- Bonjour. La laisse est-elle supposée retenir ce tigre, ou n'est-elle là que pour nous rassurer ? répondis-je.
- Ne vous inquiétez pas, il est très bien dressé. Vous pouvez le caresser si vous voulez."
Bien qu'il éludât ma question, je présentais le dos de ma main au fauve, animée d'une forte curiosité, tout juste modérée par un zeste de prudence. Celui-ci la renifla, puis y frotta sa joue, comme un simple gros chat sociable. Très gros chat. Je lui caressai alors un peu la tête, tout de suite imitée par Fanny.
"- A-t-il peur des photos ? demandai-je.
- Pas si vous coupez le flash.
- Fanny ? Tu ne voudrais pas que je te prenne en photo avec lui ? Mon appareil est dans ma voiture."
Face à son acquiescement, je pris congé d'eux en leur promettant un retour rapide et me dirigeai vers le parking. Dès que j'estimai être suffisamment loin pour ne pas risquer d'énerver le tigre, je courus jusqu'à ma voiture pour récupérer l'appareil. Je revins de même, en ralentissant avant de revenir dans leur champ de vision. A ma grande surprise, le dresseur et le tigre n'étaient plus là, mon amie discutant avec une camarade de classe à côté de la cage. Je l'interrogeai sur la disparition, ce à quoi la nouvelle venue me conseilla d'aller voir s'il n'était pas dans sa caravane, posée derrière un autre bâtiment. Nous nous y rendîmes toutes les trois.
La porte était ouverte, mais il semblait n'y avoir personne. Je frappai puis entrai, suivie de mes deux compagnes. L'intérieur était sombre et très spacieux, et constitué de plusieurs pièces, à l'apparence d'un appartement ancien. Nous étions dans une longue pièce apparentée à un salon, dont le sol était couvert de vieux parquet, les meubles en bois massif habités de divers objets d'argenterie ou de porcelaine, et dont le mur du fond présentait toute une collection d'appareils photos de toutes catégories et tous ages. Face à l'entrée, un encadrement de porte nous laissait apercevoir une cuisine exigüe. Un autre encadrement de porte se situait à côté de l'étalage d'appareils. Je me dirigeai vers eux, impressionnée par leur quantité et l'ancienneté de certains spécimens. Les deux filles n'osaient pas trop s'aventurer à l'intérieur, l'atmosphère sombre et feutrée semblait les inquiéter. Je restai un moment là, subjuguée, plantée devant la collection, puis face au silence persistant et aux regards insistants de mes camarades, je me retournai vers elle, et conclus que le dresseur/photographe n'était de toute évidence pas ici. A moins que nous ne nous soyons trompées de caravane, car en ressortant, nous constatâmes que nous en étions entourées, et le bâtiment derrière lequel nous étions censées être avait disparu. C'est alors que je vis l'homme au tigre promener celui-ci au bord de la route, à une dizaine de mètres devant nous, de l'autre côté d'un grillage. Je l'appelai, mais il semblait ne pas m'entendre. Je voulu alors me rapprocher de lui, mais le grillage en fit de même avec moi. L'atmosphère de notre côté semblait terriblement plus sombre, même le ciel au-dessus de nous était gris, tandis que le dresseur et le tigre se promenaient sous le soleil. L'herbe sous nos pieds avait disparu au profit d'une terre sale et boueuse. L'herbe sous mes pieds, en réalité, corrigeai-je en constatant l'absence soudaine de mes deux camarades. Et les caravanes devenaient des taudis vides et morts, vraisemblablement abandonnés depuis un moment. Le paysage se dégradait autour de moi, accentuant mon incompréhension. le grillage et tout ce qui se trouvait de l'autre côté commencèrent à s'éloigner rapidement. Et je ne bougeais pas. Pourquoi ne bougeais-je pas depuis tout ce temps ?
Mon réveil ne me laissa pas le temps de répondre à cette question.

samedi 15 février 2014

Liberté d'expression : les pays du "droit" ne sont pas de bons exemples

Miaou bonjour.

Aujourd'hui, c'est aux entraves à la liberté d'expression que je vais m'attaquer, m'appuyant du site Reporters sans frontières et leur classement de 180 pays selon la qualité de celle-ci.

Capture d'écran de la carte Reporters sans frontières de 2014
L’édition 2014 du « Classement mondial de la liberté de la presse » révèle l’impact négatif des conflits sur la liberté de l’information et ses acteurs. Le rang d’un certain nombre de pays est également affecté par une interprétation trop large et abusive du concept de la protection de la sécurité nationale, aux dépens du droit d’informer et d’être informé. Cette dernière tendance constitue une menace croissante au niveau global, dangereuse pour la liberté de l’information jusqu’au cœur des « États de droit ». (rsf.org)
En tête, l'habituel trio Finlande, Pays-Bas et Norvège. En France, nous avons perdu une place pour nous retrouver en 39° position. Ce n'est pas très glorieux. Nous sommes même derrière des pays dont j'ignorais jusqu'alors l'existence, tel le Liechtenstein, 6°, pourtant pas très loin de nous. Comme quoi ce ne sont pas ceux qui font le plus parler d'eux qui parlent le mieux. Les Etats-Unis sont 46°, le Japon 59°, et la Russie 148° (youhou !)(sur 180, pour rappel). Par contre, nos ptits Canadiens et Belges que j'adore sont respectivement 18° et 23°, bravo les gars, continuez comme ça ! Dans les derniers, on retrouve sans surprise beaucoup de pays dans la panade ou victimes de fortes répression : Corée du Nord, Syrie, Chine pour ceux dont on entend le plus parler actuellement.

Le constat fait également état d'une dégradation généralisée. Les pays "démocratisés" sont notamment pointés du doigts, sans surprise, pour leur tendance à la surprotection. Avis également partagé par amnesty international  :
Les États ont souvent invoqué, par le passé, les impératifs de la «sécurité nationale» pour justifier une politique visant à faire taire l’opposition politique et, plus généralement, les critiques. Depuis quelques années, la montée des craintes liées au terrorisme et à la sécurité a servi de prétexte à une intensification de la répression contre des individus et des groupes exerçant leur droit à la liberté d’expression. (amnesty.org)

Rappelez-vous, il n'y a pas si longtemps, HADOPI, cette loi française priceless, toujours d'actualité bien que n'ayant parait-il engendré qu'une multitude de mails sans lendemain ainsi qu'une petite quinzaine de condamnations. En 3 ans. Je ne sais pas vous, mais je pense pouvoir affirmer que ce chiffre est dérisoire face à la quantité de téléchargements illégaux effectués sur le territoire. Par contre le budget... Oh, après tout, temps de crise ou pas, une dizaine de millions d'euro par an, c'est pas mort d'homme !
http://www.yorkblog.com/smart/2008/09/12/my-kind-of-sign/


Après avoir parlé d'HADOPI, je me dois de mentionner l'ACTA qui a faillit mettre 39 pays dans le pétrin au profit des gens qui se font des sous sur le dos d'autres gens plus talentueux qu'eux, en permettant la surveillance permanente de nos moindres faits et gestes sur internet. Heureusement, celle-ci n'est pas passée. Je crains cependant que nous ne soyons pas à l'abri de revoir surgir d'autres farces d'aussi mauvais goût.

Tant que j'y suis, remémorons-nous donc certains faits découverts relativement récemment, à propos d'un projet nommé PRISM, impliquant le NSA et la CIA, ainsi que la coopération pleine et entière de certains géants d'internet tels Facebook, Google et Apple pour n'en citer que trois, et dévoilé par un certain Edward Snowden. Le pauvre enchaîne actuellement les exiles dans différents pays pour sa propre sécurité. La chose consistait à espionner très largement tout utilisateur et renseigner les données aux deux organismes gouvernementaux cités précédemment.

Et toujours pour rester dans les souvenirs, je vous rappelle un précédent article, concernant une interdiction de dénoncer la maltraitance animale, encore aux US. (Ah ils font des trucs biens, mais leurs conneries elles sont très bien aussi !) La maltraitance est interdite. Ah, ça vous arrange pas ? Pas grave, on a qu'à interdire aux gens de la découvrir.

Pour finir, passons maintenant à une histoire un peu plus d'actualité : les JO en Russie, pays où l'homosexualité est prohibée. Monsieur Vladimir Putine semble faire des efforts pour donner une bonne image de son pays, mais évidemment, ça en inquiète quand même quelques uns. Et puis bon, si les homosexuels sont tolérés juste le temps des festivités pour ensuite être à nouveau persécutés, voila quoi.


Je conclurai en vous mettant en garde contre la "protection" abusive, qui bien souvent cache d'autres intérêts que les nôtres derrière, tout comme la volonté d'accroître le sentiment d'insécurité... Ca fait un peu Captain Obvious mais je tenais à en parler. Parce que les grands médias manipulent l'information et ça m'énerve.
Voila voila, c'est tout pour aujourd'hui.

Divinement vôtre,
Lysemna

PS : Ceci est un message pas si subliminal à destination, entre autre, de mes parents : 
Par pitié ! Cessez de vous contenter du journal télévisé de TF1 comme seule source d'information !!

jeudi 23 janvier 2014

Gâchis intensif

Miaou bonjour,

Je m'évertue bien souvent en vain à l'exprimer. Je ne suis pas contre la consommation de viande ! Je suis contre l'élevage intensif, et par extension la surconsommation de viande (et accessoirement la pêche intensive, mais ça n'est pas le sujet ici)
Mes raisons ?



1. Les conditions de vie des animaux. 
Vous vous en fichez peut-être pas mal, mais à mes yeux c'est l'argument qui devrait primer.

Ils sont réduits à l'état d'objets destinés à fournir de la viande. On en oublie qu'ils vivent et disposent de la faculté de ressentir la douleur et le stress. Et qu'on ne me parle pas du cri de la carotte, merci.
Pour reprendre un schéma d'image bien virulent sur le net : 

https://www.google.fr/search?hl=fr&site=imghp&tbm=isch&source=hp&biw=1205&bih=721&q=%C3%A9levage+intensif&oq=%C3%A9levage+intensif&gs_l=img.3..0l6j0i24l4.1190.3928.0.4078.16.10.0.6.6.1.286.1176.6j2j2.10.0....0...1ac.1.32.img..4.12.425.0FNNFmoxCNI

Les conditions de mise à mort n'en sont pas moins désastreuses.
Si nos aliments nous montraient ce qu'ils ont vécu avant d'arriver dans nos assiettes, nous serions peut-être plus regardant.



2. Les impacts écologiques. 
De bons vieux graphiques bien sourcés exprimeront peut-être plus clairement les choses que moi.

Dans cet exemple, l'article de lalibre ne s'intéresse qu'au boeuf, mais il reste très parlant. Si comme moi vous vous amusez à faire le calcul, en divisant en Europe notre consommation de boeuf par deux, nous économiserions chaque année :

- 62,5 billions de litres d'eau (soit 62.500 milliards !)

- 109 milliards de kg de CO2

- 145,8 milliards de kg de fourrage
Parcelles que nous pourrions donc réserver à un autre usage, par exemple comme jachère histoire d'améliorer notre système sans avoir à abuser des pesticides et engrais ?

- 26 milliards de graines 
Utilisables alors pour notre propre consommation, ou à envoyer dans les pays qui en manquent, ou tout simplement un espace à réemployer pour une autre activité peut-être ? (Jachère, amélioration des conditions d'élevage, pour ne citer que deux exemples restant dans le domaine agricole.)

Et le tout en permettant aux animaux de disposer de deux fois plus d'espace. C'est-y pas fabuleux ?


Voyons maintenant plus précisément les impacts que peut avoir notre régime alimentaire sur l'effet de serre, avec ce graphique issu d'un article de Viande.info.

Dans un premier temps, on peut voir qu'ils sont loin d'être négligeables. En estimant qu'en une année une voiture lambda parcourt 10.000km, un régime alimentaire omnivore équivaut à la moitié de cette distance en impact équivalent, soit pas loin de 5.000km. (Notons que la nature et les proportions des gaz pris en compte ne sont pas précisées.)
On constate très vite l'importance de l'élevage intensif. En retirant de notre alimentation les produits carnés, nous réduisons notre impact de 50%. Et en supprimant les produits laitiers, nous divisons ce chiffre par 4 ! (Notons cette fois que la prise en considération des œufs ou non n'est pas précisée.)
Il aurait été intéressant de comparer avec des chiffres estimés si nous pratiquions exclusivement l'élevage extensif, mais je n'ai pas été en mesure d'en trouver. Je pense cependant que l'impact du régime omnivore serait bien moindre.


Je pourrais également m'étendre sur la pollution de l'eau et des sols, ou l'encouragement à la déforestation (bien que cette dernière raison soit moins d'actualité en Europe), mais je n'ai pas trouvé de graphique choupi pour illustrer ça. Je vais donc vous pondre un nouveau :

L'eutrophisation, c'est vert mais c'est pas écolo !



3. Les impacts économiques
Parce que même si j'aime pas trop ça, il faut parfois savoir parler pépettes.


Certains arguments de la partie précédente avaient également un poids économique non négligeable. Intéressons-nous par exemple plus précisément à la production céréalières, avec ce graphique issu d'un article Du Monde Diplomatique, dont les chiffres viennent de la FAO.

La consommation de céréales de l'élevage représente plus de 2/3 de celle de toutes nos autres utilisations confondues. Ce qui signifie qu'en réduisant l'élevage de 50%, nous disposerions d'1/3 de notre consommation de céréales en surplus.
Nous pourrions alors décider de nous en servir autrement (pourquoi pas en les mettant à disposition des personnes dans le besoin, ici ou ailleurs ?), ou de ne pas les cultiver et réemployer les espaces libérés pour d'autres activités, telles l'élevage, la jachère, la naturalisation,... Ainsi que je l'ai déjà précisé plus haut, mais je trouvais ça intéressant de comparer ces chiffres à notre propre consommation.


Encore une fois, je pourrais citer les dégâts causés aux sols et à l'eau, et les problèmes associés.



4. Les conséquences sanitaires.

Dans un premier temps, au niveau de l'élevage, l'utilisation abusive de médicaments sur une quantité d'individus entassés encourage le développement de microorganismes résistants. Ceux-ci peuvent être à l'origine d'épidémie chez les animaux concernés, mais également chez l'homme, d'autant plus que la contamination n'est pas systématiquement limitée au contact.

Ensuite, manger trop de viande est mauvais pour la santé humaine. Une consommation abusive encourage la production de cholestérol et augmente les risques de maladies cardio-vasculaires, pour ne citer que les deux conséquences les plus représentées et avérées.



5. Le gâchis.
C'est le plus triste, le plus risible, le plus ridicule et le plus aberrant.

Chaque année, un français jette 20kg d'aliments encore consommables. Je n'ai cependant pas trouvé les chiffres concernant spécifiquement la viande, qu'il s'agisse du gâchis individuel ou de celui des organismes de vente.

C'est sans compter les mortalités constatées avant l'abattage, chiffres précis difficiles à trouver. Pour ne citer qu'un exemple, le taux de mortalité des lapins en élevage intensif dépasse les 25%. Plus d'un quart des bêtes meurent avant l'age prévu, et sont donc jetées... Un quart d'animaux malmenés pour rien. Un quart de dégâts écologiques, de pollution de l'eau et des sols, de production de gaz à effet de serre... Pour rien...

Oh, et puis, allons-y gaiement.
http://www.charliehebdo.fr/news/poules-pondeuses-martyres-417.html

Amèrement mienne, 
Lysemna

mercredi 15 janvier 2014

Mystère Noël

Miaou bonjour !

Aaaaah ça fait longtemps depuis la dernière fois ! Du coup je me dois de vous souhaiter une heureuse année, et espère que vous avez passé d'excellentes fêtes !

Aujourd'hui, je suis venue vous parler d'un concept que j'avais trouvé très choupi pour les fêtes de noël : le Secret Santa. Pour résumer, un membre d'un groupe déterminé fais un cadeau à un autre, attribué de façon aléatoire, et donc réciproquement, il en reçoit un d'une personne du groupe anonyme.
Fin novembre, j'ai eu vent d'un groupe de dessinateurs amateurs organisant un Père Noël Secret version dessin sur Facebook. Nous y étions invités à réaliser en un mois un dessin pour un membre tiré au sort, et assuré d'en recevoir un en retour. Pour nous aider, nous avions la possibilité de visiter la page ou le profile de notre "victime". J'ai trouvé cet événement très enthousiasmant et ai donc décidé d'y participer.
J'ai reçu le nom de Skyechu, une jeune dessinatrice à l'univers très coloré et flashy, se représentant souvent par un chat (tout ce que j'aime, quoi <3). C'est donc tout naturellement que j'ai pensé au NyanCat. Etant une bien piètre dessinatrice, le dessin assez simple me convenait tout à fait, mais l'idée ne me satisfaisait pas pleinement. J'ai donc inventé la conception du NyanCat !!!! Je vous présente donc la création du tart-symbole vue par mon esprit tourmenté.

Fusion des mini chats poptart à la DBZ !
Plein de petit chats poptart, chacun d'une saveur différente font une fusion géante à la Dragon Ball Z et PAF ! Ca fait un NyanCat. Bon évidemment, ils n'ont pas de doigts, donc la fusion DBZ ne saute pas aux yeux. Tout a été fait à la main sur une feuille canson bleue foncée 24*32 et coloré aux crayons de couleur, à l'aide du matériel de ma Jie. (Encore merci !)
NyanCat (Oui il est gros, c'est normal c'est noël)
Et voici le dessin que j'ai reçu de mon Mystère Noël, Charlotte. (Merci !! <3) Il s'agit de personnages de League of Legend principalement, avec du Final Fantasy VIII et Tales of Symphonia.

Dessin de ma Mystère Noël
 Pour voir toutes les participations, c'est par ici.

Bon, je vous l'accorde, cet article est un peu niais sur les bords. Que les adeptes de mon côté rageux et mon cynisme soient rassurés (ou pas), je planche déjà sur un article de chieuse. Alors à bientôt pour de nouvelles aventures !

Divinement vôtre,
Lysemna