vendredi 26 octobre 2012

Le vendredi soir

Ce vendredi soir, seule chez mes parents, leur connexion internet vraisemblablement devenue anorexique, je me décide pour une fois à allumer la télé. En souvenir du bon vieux temps où les soirées étaient animées de séries parfois intéressantes, ou parce que j'espère toujours au fond de moi qu'un jour la télé retrouvera un certain intérêt intellectuel, je ne sais pas trop. 

NCIS, Sex and the City, Scrubs, séries pas trop pourries, mais toujours entrecoupées de publicités qui me semblent durer toujours plus longtemps qu'auparavant.

Mais c'était sans compter un drame éthique. 
Une publicité pour des canapés. Une """"mère"""" portant un bébé lui présente le meuble, précisant que la conception du morveux lui était due. WTF ? L'achat d'un canapé détermine la décision de donner la vie ? Les économies prétendues sont elles aussi importantes que les besoins d'un enfant, de sa naissance à son émancipation ? Si tel est le cas, je préfère pas voir le prix du canapé, parce que putain... 
Il s'agirait d'humour noir, je comprendrais, mais là je ne le trouve vraiment pas.

Après, ça ne s'arrange pas. Je pensais que certaines chaînes soit-disant dédiées à la musique passeraient des clips en boucle pendant la nuit. Quelle ne fut pas ma surprise de constater que la seule chaîne trouvée correspondant à cette description ne diffuse qu'entre 45s et 1 minute d'un clip avant d'enchaîner sur un autre. Tellement agréable.

Je ne m'étendrai pas sur les émissions de télé réalité où des prétendues mères font leur crise d'ado, laissant les gosses se démerder pour gérer la totalité du foyer sous prétexte qu'elles ont choisi de donner la vie à un age jeune et ont donc le droit de profiter de la jeunesse qu'elles ont à l'époque refusé d'avoir. Tellement ahurissant que je n'ai pas cessé de chercher des traces d'un jeu d'acteur pendant les 20 minutes que j'ai supportées.


Je vais donc l'éteindre sans regret de l'avoir abandonnée pendant plusieurs années.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Je suis ouverte aux propositions et critiques, cependant veuillez employer une orthographe lisible ainsi qu'un vocabulaire respectueux.