dimanche 20 octobre 2013

Mon subconscient s'exprime. 4

J'étais à un concert d'une chanteuse énigmatique que j'admire. Je me situais dans la fosse, à droite, pas très loin de la scène. Pour une raison qui m'échappe, elle invita un vigile à m'emmener derrière les rideaux, de l'autre côté de la scène. Je montai donc et l'y suivis. Derrière ces épais draps de velours bleu sombre, le sol était constitué de lattes de parquet qui ne cachaient pas leur age. La "pièce" à l'atmosphère feutrée était plutôt vaste, et, contre toute attente, peu encombrée. Seuls quelques appareils que j'apparentai à la gestion du son étaient entreposés contre les murs, et quelques pièces de costumes abandonnées à même le sol. Le vigile me laissa là et redescendit. J'entendais la musique, et un rai de lumière entre les rideaux me donnait un aperçu des effets lumineux joués sur la scène. Plusieurs minutes s'écoulèrent, durant lesquelles je me demandai un peu ce que je faisais là, puis elle entra, laissant derrière elle une ovation. Nous échangeâmes quelques mots, elle m'expliqua qu'elle avait ressenti l'envie de me parler. Mais elle étancha sa soif et dû vite retourner sur scène. Quant à moi, je restai là, attendant patiemment debout. Ses allers-retours à mes côtés étaient rythmés par le scénario de son spectacle, mais plus ils se multipliaient et plus ses visites semblaient se prolonger. Elle repartait pour la cinq ou sixième fois lorsqu'un accessoiriste vint à ma rencontre.
Il s'agissait d'un homme d'une soixantaine d'année, plutôt petit et très bavard. Il me parut tout de suite familier, mais je fus incapable de me souvenir d'où je le connaissais. Lui-même se comportait comme si nous avions déjà longuement échangé plus d'une fois. Il me fit remarquer que je devais m'ennuyer, à attendre seule ici. De plus, il semblait que me faire attendre déconcentrait la chanteuse. Il m'invita donc à boire un verre à la cafétéria, ce que j'acceptai, sans cesser de me demander la raison de ma présence ici. En chemin, je me rendis compte que j'avais posé mon sac derrière la scène, et n'avais donc pas sur moi de quoi payer. Je n'eus pas besoin de m'exprimer pour qu'il le remarque et n'insiste pour m'inviter gracieusement. Je n'osai pas refuser.
Nous discutâmes un long moment assis à une petite table. Ce petit bonhomme avait énormément de choses à raconter, notamment sur ses innombrables voyages à travers le monde. J'étais maintenant certaine de l'avoir déjà croisé, mais toujours incapable de me rappeler où ni en quelles circonstances. J'ignore combien de temps s'était écoulé lorsqu'il regarda sa montre, m'informa que le concert devait bientôt s'achever, et me proposa de me ramener derrière le rideau. Nous retournâmes donc dans la pièce au parquet vieilli et à l'atmosphère calfeutrée. Visiblement, il avait raison, la musique s'arrêta malgré une ovation qui semblait ne jamais tarir. Il me tint compagnie en m'observant jusqu'à ce que la chanteuse revienne, pour la dernière fois de la soirée, derrière ces fameux rideaux bleus. Elle le salua d'un sourire et le remercia avant qu'il ne parte.
Nous discutâmes un petit moment toutes les deux, pendant que de nombreuses personnes s'afféraient en tout sens. Malheureusement, elle dû vite me demander de partir, en réponse aux regards réprobateurs de son personnel, car ils devaient terminer de tout ranger et préparer pour le concert du lendemain. Elle m'invita cependant à revenir la voir ici après le prochain concert, et me promit qu'elle aurait davantage de temps à m'accorder. Je m'inquiétai du fait que les vigiles ne me laisseraient certainement pas entrer, et encore moins sans billet, en réponse à quoi elle me demanda mon numéro et me donna le sien, avant de me promettre de me faire part de l'organisation de notre prochaine rencontre rapidement. Elle me demanda également si j'avais un endroit où loger. J'eus dû avoir la mine déconfite en réalisant que non, car elle interpella immédiatement un vigile et le chargea de me trouver un hôtel. Je le suivis donc dans la rue. 

Il s'avérait qu'un hôtel abordable se situait justement à quelque centaines de mètres de la salle de concert. Il me l'indiqua dès qu'il fut visible, j'eus donc tout le loisir de l'observer pendant que nous approchions. A une fenêtre, je reconnus le style de dessin très familier d'un poster. Une fois à l'accueil, surprise, la seule chambre libre se situait dans le corridor de l'auteur du poster en question. Contre toute attente, il répondit à la demande de l'hôtesse de venir à l'accueil. Il me jaugea rapidement, ne sembla pas me reconnaître - sans surprise -, mais accepta que je partage le corridor de son groupe d'amis sans rien demander de plus.
C'est ainsi que je passai une petite soirée amicale en compagnie de l'un de mes dessinateurs préférés tout juste rencontré ainsi que ses amis. Ils m'invitèrent à me joindre à leur partie de Mario Kart, puis nous terminâmes la soirée au Monopoli. Ils me proposèrent de choisir une chambre du corridor, dans laquelle j'étalai mes dessins fraîchement offert par le dessinateur avant de m'allonger sur l'un des lits. Je repensais à cette improbable soirée, me demandant si je n'avais pas rêvé, lorsque je m'aperçus que je ne savais plus ce que j'avais fait du numéro de la chanteuse. J'imaginai qu'elle avait peut-être déjà oublié sa promesse... C'aurait été la chose la moins surprenante de la soirée. Puis je me demandai encore s'il ne s'agissait pas là d'un rêve... 
Avant de me réveiller pour de bon, perplexe et un peu déçue.

"Si d'aventure, je quittais terre... Tu es mon sang, mon double aimant, mon ADN."

1 commentaire:

  1. Sujet passionnant, tu as bien fait de coucher sur le papier cette expérience onirique.
    C'est effectivement (et malheureusement) souvent quand on se rend compte qu'il s'agit d'un rêve que l'on se réveille.

    Cela m'évoque une anecdote personnelle que je m'en vais conter. :)
    Il y a quelques années, je me suis un peu intéressé aux "rêves lucides" (en particulier avec ce site, si mes souvenirs sont bons : http://www.ld4all.com/fr).
    Ils recommandaient notamment de lire des textes qui parlent du rêve lucide juste avant de s'endormir, puisque nos pensées à ce moment là influencent souvent ce sur quoi portent nos rêves. Eh bah... ça a plutôt pas mal marché. Le soir même, je me suis douté que j'étais dans un rêve, et j'ai effectué avec succès un des "tests de réalité" (essayer de respirer avec le nez bouché). Fort tristement, comme à chaque fois que je me rends compte d'un tel était de fait, mon petit corps a tout fait pour que je me réveille (tu vois la fin du dessin animé Alice au pays des merveilles ? :p).
    Ça me donne envie de m'y remettre... les possibilités de ce "média imaginaire" qu'est le rêve sont énormissimes. :D

    Autres liens sur le sujet :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%AAve_lucide
    http://fr.wikibooks.org/wiki/R%C3%AAve_lucide

    RépondreSupprimer

Je suis ouverte aux propositions et critiques, cependant veuillez employer une orthographe lisible ainsi qu'un vocabulaire respectueux.