lundi 16 décembre 2013

La Biouniformité.

Miaou bonjour,

Aujourd'hui encore, un coup de gueule. Et encore une fois, il concerne le monde agricole, et Monsanto n'est pas innocent. (Ils vont finir par devenir ma bête noire, je crois bien)

Les agriculteurs ont coutume de réutiliser des graines de leurs propres récoltes pour resemer les années suivantes. Cela leur garanti une certaine autonomie, ainsi qu'une adaptation progressive des plants à leur milieu de culture. Cela nous garanti aussi une diversité de récoltes suffisante pour espérer qu'une espèce ne succombe pas totalement en cas d'apparition d'une épidémie.

Eh bien, désormais, ça ne sera plus possible. Depuis le 20 novembre, les agriculteurs ne sont plus autorisés à resemer leurs propres semences ! Finie l'autonomie économique, finie l'adaptabilité régionale, finie la biodiversité ! Tout ceci à cause d'un "brevet" sur le vivant, dans le but de protéger les créateurs des semences. (Admettez que dans le cas d'un agriculteur qui resème ses propres semences depuis des lustres, cette notion de propriété devrait être remise en question, l'espèce ayant commencé à s'adapter...)
J'aurais dû écrire sur ce sujet bien plus tôt. J'étais déjà tombée sur un article du Monde de 2011 (que je vous recommande de lire) traitant de la question, mais l'ai abandonné dans un coin de ma tête.

Après l'interdiction d'utiliser des anciennes semences, nous montrons une fois de plus notre envie de tout contrôler en bridant encore davantage la biodiversité.
Bref, je crains pour notre avenir. Avec cette dominance agronomique, il suffira d'une seule menace pour compromettre la survie de millions de personnes. Les maîtres du monde savent-ils que la vie est une résultante de la diversité, qu'elle en est faite et en dépend ?

1 commentaire:

  1. Tu n'es pas seule dans ta Monsantophobie :) Je n'arrive pas à les voir autrement que dangereux...

    RépondreSupprimer

Je suis ouverte aux propositions et critiques, cependant veuillez employer une orthographe lisible ainsi qu'un vocabulaire respectueux.