mardi 23 juillet 2013

Cosplay 2013 : Making Of n°1

Miaou bonjour.

Je vous l'avais promis, voici le premier Making Of de mon cosplay créé pour Japan Expo 2013. Dans ce premier article, je vais vous parler de l'élément le plus important, à savoir les vêtements. En effet, si vous vous pointez avec une superbe arme mais vêtus en touristes, vous avez peu de chance de faire reconnaître votre morceau de cosplay. Et puis, hors de question de se pointer à une convention tout nu !

Cette année, j'avais prévu de cosplayer Beatrix (Beate en VF) du jeu Final Fantasy IX, de Squaresoft.


La première étape consiste à trouver tout un tas d'image, de préférence issues du jeu ou éventuellement des goodies officiels, mais garder à l'esprit que ces derniers ne sont pas toujours représentés à l'exactitude. La finalité ici est de rassembler tous les détails du costume, et toutes les "versions" de la même tenue qui peuvent apparaître dans le jeu. Car des différences peuvent exister entre les cinématiques et les moments jouables. Vous pouvez également vous inspirer de photos de cosplays réalisés par d'autres personnes.


Ceci fait, Il faut choisir un élément auquel s'attaquer en premier (Ici, la robe). Ensuite, vous aurez besoin d'estimer la quantité de tissu nécessaire. Pour cela, il faut déjà avoir en tête un semblant de patron. Les détails du patron et la quantité de tissu dépendront de la nature de celui que vous choisirez.

Pour ma part, j'ai opté pour de la panne de velours blanche (Khaine m'a fait remarquer que ça ne s'appelle pas "patte" de velours, pourtant je trouvais ça tellement choupi !), et un tissu bordeau plus rigide. Concernant la quantité, j'ai choisi un peu plus de 2m de hauteur pour être large (je mesure 1m74), et supposé que la partie la plus large serait le bas de la cape, estimé à 2m pour être tranquille.
La panne de velours étant élastique dans un sens, il ne faut pas oublier de le prendre en compte ! Les coutures simples dans le sens de l'élasticité d'un tissu casseront si celui-ci est tendu, j'ai donc choisi d'orienter l'élasticité du tissu dans le sens de la largeur. Mes coutures principales étant prévue en hauteur, elles n'ont pas cassé.



Maintenant que vous avez votre tissu, il est temps de passer aux choses sérieuses ! Il faut déjà préciser le patron, voire le dessiner. (Pour ma part, il est resté bien au chaud dans ma tête.)
Prenez ensuite les mesures nécessaires, et faite attention à bien les prendre ! Rajoutez également au moins 2cm pour chaque couture, en comptant les ourlets. Si vous ne faites pas d'ourlet, votre tissu s’effilochera à petit feu.
Un tissu élastique dans la largeur pourra compenser une coupe trop juste dans ce sens, contrairement à un tissu rigide. Mais n'en abusez pas car ça l'abîme.

Il vous faudra dessiner votre patron sur le tissu pour le découper. Avant la découpe, je vous conseille de vérifier vos mesures sur vous, en prenant en compte le fait qu'il est censé être trop grand, dû aux centimètres prévus pour les coutures.


Si vous n'êtes pas sûrs de vous pour une grosse pièce de tissu, vous n'êtes pas obligés de tout découper. Cette méthode évite les trop grosses pertes en cas d'erreur.
Pour ma part, j'avais prévu de faire la robe blanche d'une seule pièce. J'ai commencé par ne faire la découpe que de la partie haute. Ainsi, si je m'étais trompée, je n'aurai perdu qu'une trentaine de centimètres.
J'ai donc commencé par les manches et le décolleté. Il m'est rapidement apparu que la découpe était un peu juste en largeur, mais l'élasticité de la panne de velours a très bien compensé cette erreur.


J'ai ensuite découvert que les fermetures à l'aide de boutons ne se mariaient pas bien du tout avec un tissu élastique. Et c'est encore pire si votre découpe est, comme la mienne, un peu juste ! Pour expliquer simplement, si je ne serrais pas assez à la taille, on voyait tout mon décolleté. Au contraire, si je serrais davantage, ça rendait des plis partout, et déchirait doucement les trous des boutons, malgré leur petite taille et les ourlets de la mort que j'avais faits dessus.

En réfléchissant à une solution, je me suis également rendue compte que je m'étais trompée de côté pour le pan de fermeture, parce qu'un reflet dans le miroir inverse le sens de l'image que les gens verront.
Autant dire que ce n'était pas ma soirée, et j'étais très insatisfaite de moi. Mais cette deuxième erreur m'a donné l'opportunité de faire mieux ! Car l'autre pan n'avait porté que les boutons, il était presque intact et donc parfait pour repasser devant.



J'ai donc tenté le plan B. C'était risqué, car j'avais prévu de coudre les deux pans l'un sur l'autre, je n'étais donc pas certaine de pouvoir rentrer dans la robe une fois fait ! J'ai donc d'abord testé avec une multitude d'épingles (mes doigts s'en souviennent encore). L'élasticité du tissu m'a une fois de plus sauvé la mise. J'ai pu, avec précaution, enfiler et retirer la robe avec les épingles, et ai donc décidé de mettre ce plan à exécution. Et cette fois, le rendu était très satisfaisant !



J'ai donc pu refaire des mesures pour achever la découpe de la partie basse, similaire à une cape fendue à l'arrière.
Une fois la cape découpée, j'ai eu la flemme de doubler toute la robe avec le tissu rouge rigide, surtout vu les problèmes que m'avait causés le haut, et la nécessité de conserver son élasticité. Je n'ai donc doublé que le bas, jusqu'aux hanches.
Il s'est avéré que j'avais fait un bon choix de tissu ! Sa rigidité m'a permis de donner un peu plus de volume à la cape, car la panne de velours avait tendance à s'enrouler sur elle-même.
Pour ne pas avoir de problèmes avec la différence d'élasticité des tissus, je n'ai pas tout découpé d'un coup. J'ai commencé par coudre le bas de chaque pan de la cape, avant de découper une longueur puis de la coudre,  pour enfin couper et coudre la dernière longueur. J'ai également préféré faire 8 points plutôt que de coudre entièrement la largeur au niveau de la taille. Sans ces points, le tissu rouge tombait et déformait la robe.


Il ne me restait ensuite plus qu'à faire le col. Je me suis contentée de couper deux triangles et de les coudre de chaque côté. Une fois les ourlets faits, je l'ai trouvé un peu petit par rapport à certaines images, mais le tissu étant une putain de biatch douloureux à coudre à la main, je me suis abstenue de les recommencer.

Pour le pantalon, je me suis trouvé un leggins rouge, et pour la ceinture, idem, je ne l'ai pas faite moi-même. J'ai par contre réalisé une espèce de culotte et le bandeau avec le même tissu que la robe. La question s'est posée de savoir si je le faisais en tissu ou en tapis de sol, car suivant les images trouvées, il semblait fait soit de tissu, soit d'armure. Mais le tissu étant plus adapté au port de lunettes (dont je ne peux me passer), mon choix s'est orienté dans ce sens.


Voili voilou ! J'espère que ça vous aura plu.
Dans le prochain MaKing Of, je vous parlerai des armures :)

4 commentaires:

  1. Il manque l'essentiel, le temps passé à faire tout ça!
    Sinon oui c'est marrant et le résultat est impressionnant

    RépondreSupprimer
  2. Le problème étant que je n'ai pas compté mon temps :p

    RépondreSupprimer
  3. J'ai mis 3 mois à le faire, en bossant de manière très irrégulière. Pour la robe je dirais une douzaine d'après-midi, + 2 pour la culotte et 1/2 pour le bandeau.

    Donc approximativement une quinzaine de demi-journées.

    RépondreSupprimer

Je suis ouverte aux propositions et critiques, cependant veuillez employer une orthographe lisible ainsi qu'un vocabulaire respectueux.