lundi 6 mai 2013

Mon subconscient s'exprime. 3

J'étais au volant d'une petite voiture électrique blanche toute neuve, accompagnée d'un ami comme copilote. Nous devions effectuer un long voyage pour une destination inconnue. Notre véhicule étant totalement électrique, il nous fallait nous arrêter tous les 250km environ, pour recharger les batteries. Étonnamment, mon partenaire semblait avoir des connaissances tous les 250km.

Nous effectuâmes notre premier arrêt dans une ville portuaire. Au détour d'un giratoire, un enfant nous fit signe de la main, nous encourageant à tourner à droite, dans une impasse. Au bout, une borne de recharge se trouvait là, toute seule devant un quai. Je branchai la voiture tandis que deux étrangers s'approchèrent de nous et saluèrent chaleureusement mon copilote, avant de m'adresser un timide signe de main.
"Nous t'attendions, dirent-ils à mon ami."
Cette remarque ne me surprit pas, bien que je n'avais aucun souvenir d'avoir convenu de rencontrer des gens avec mon ami. Je m'appuyai sur le capot de la voiture, laissant mon esprit divaguer sans chercher à participer, ni même écouter la conversation qui se déroulait devant moi.
Une petite heure plus tard, je débranchai notre véhicule rechargé, puis patientai plusieurs minutes pour laisser mon copilote terminer sa conversation. Nous repartîmes donc tous les deux. Aucun de nous ne chercha à discuter des deux étrangers.

Nous nous retrouvâmes sur un périphérique à trois voies en sens unique au trafic chargé, chevauchant une moto, mon ami pilote et moi passagère. La ville dans laquelle il avait choisi de s'arrêter pour la pause recharge des 250km semblait plutôt étriquée. Il emprunta une petite rue bordée de maisons en pierre et s'arrêta sur un large trottoir de graviers. Il gara alors sa moto contre un mur avant de frapper à la porte la plus proche. La tête d'un homme d'une quarantaine d'années sortit par une fenêtre.
"Oh, c'est toi ! s'écria-t-il en voyant mon ami. Ne bouge pas, je t'ouvre."
Quelques secondes et un bruit de serrure plus tard, la porte s'ouvrit sur une sombre et très petite chambre dont un lit double occupait la majorité de l'espace. Bien que l'entrée fut suffisamment haute pour que nous soyons entrés sans nous baisser, le plafond extraordinairement bas nous força à fléchir les jambes une fois à l'intérieur. Notre hôte était très petit, sans doute un nain, pensai-je. Il nous conseilla de nous asseoir, avant de se diriger vers la porte opposée, nous dévoilant ses fesses. Je remarquai donc qu'il ne portait pas de bas, mais pas du tout. Je jetai un œil à mon pilote, qui ne trahit pas l'ombre d'une surprise. 
Le petit homme revint vite, cette fois vêtu d'un pantalon, et précédé de sa probable compagne, qui semblait s'être préparée en hâte. Le nain s'assit sur une chaise face à nous, tandis que la petite dame remit les couvertures pour s'installer sur le lit, à l'opposé de l'endroit où nous étions.
Comme pour l'arrêt précédent, ils commencèrent à discuter avec mon ami, pendant que je m'isolais dans mon esprit, n'entendant de leur conversation qu'un bourdonnement en fond sonore. Mes yeux rencontrèrent alors un caleçon aux pieds du nain. Il me lança furtivement un regard gêné avant de rougir. Mal à l'aise, je fis semblant de m'intéresser à une peinture sur le mur à ma droite. Mon esprit m'imposa les images de la naine qui paraissait s'être habillée à la hâte, du lit fait à la vas-vite et du nain nous ayant accueillis à demi dévêtu. Je me demandai alors, très gênée, si nous ne les avions pas "dérangés". J'eus peur de rougir, trahissant mon impression, fort heureusement c'est le moment que mon ami choisit pour prendre congé de nos hôtes.
Nous repartîmes donc sur sa moto. Je fus surprise de constater le nombre de ponts que comportais la ville que nous nous apprêtions à quitter. D'ailleurs elle semblait bien moins vaste, et beaucoup plus pittoresque qu'en arrivant.

Et je me réveillai.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Je suis ouverte aux propositions et critiques, cependant veuillez employer une orthographe lisible ainsi qu'un vocabulaire respectueux.